5 nov. 2013

Ô Porto

Séjour récent à Porto.
Clairement, la ville ne se prête pas à la pratique du vélo, mais alors pas du tout : rues aux dénivelées extrêmes, pavés partout, aucun arceaux...le cauchemars. C'est bien simple, je n'ai croisé qu'un seul cycliste sur la rive droite (le centre historique et commerçant) en trois jours... Même à Foz, face à l'océan, une piste certes, mais à peine trois VTTistes croisés, et encore, des touristes.

Bref, pas la peine d'épiloguer, Porto n'est pas une ville cyclable.
En même temps je le savais. Et puis je n'y allais pas pour ça. Mais bon, comme d'habitude, je n'ai pas pu m'empêcher de garder un oeil ouvert....
Pour autant je vous préviens tout de suite, pour les images qui suivent, c'est pas du grand art.
En même temps qui a prétendu qu'on devait en faire ?

Donc pas cyclable du tout je disais... Et tout de même, Porto fait partie de ces lieux où l'on sent un petit quelque chose de possible. Ce genre d'endroits qui cultivent un goût "théorique" pour le vélo, mais sans en être réellement. On sent que c'est potentiellement là...mais on ne le voit pas... Vous me suivez ?

Dans plusieurs magasins de fringues ou de décoration par exemple, dans les quartiers typés "tendance", des vélos sont mis en scène. Dans l'un d'entre eux même, un stand de selles Brooks improbable jouxtant un modèle Brompton à vendre.




Les commerces de cycles ? Pas vérifié le compte exact, mais je n'en ai repéré que deux en centre ville.
Celui-ci est complètement coincé et quasi invisible, avec une seule vitrine minuscule, ce qui tendrait à prouver la faible emprise du vélo dans la cité.


Ah, celui-là par contre, du fixie... Tiens tiens... Porto est étendue, notamment sur la rive gauche, plus plate (que je n'ai pas visité). C'est surement par là que se trament d'éventuels rides...


Dans un tout autre registre, beaucoup de magasins de souvenirs et babioles d'artisanat portugais mettent tous unanimement en vitrine un produit phare : Jesus et/ou ses parents à vélo. Eh ouais... Ici la version augmentée, la "familiale".


Egalement à ne pas rater, le café-brasserie "Galéria de Paris" (genre la Trocante Café, mais en 5 fois plus grand), avec notamment une fiat 500 accrochée au mur !
Jusque là RAS ou presque. C'est quand on descend au sous-sol pour se rendre au WC que ça devient plus intéressant. : un plafond entier tapissé de vélos d'occase et autres vieux bicloos !



Pour la fin, je vous ai gardé mon seul et unique cycliste croisé là-bas. Il était classe, mais j'ai dégainé trop tard, je ne l'ai eu que de dos, en contre sens d'une rue exiguë et plutôt hostile côté voiture...


Mais je manquerai à tous mes devoirs de ne pas signaler l'existence de Ô Porto Cycle Chic. En avril 2011 ils ont organisé une ballade cycle chic dont vous pouvez voir une vidéo via le lien suivant : Lien.
C'est finalement la preuve qu'il y a bien un quelque chose de possible dans la cité du Douro.

Pour conclure, même si Porto est donc plus cyclable par l'intention que par la réalité, la ville n'en demeure pas moins absolument charmante et idéale pour flâner. Une vrai belle découverte. Avec en plus un accueil et une gentillesse des habitants et commerçants comme je n'en avais pas vu depuis des années. Un vrai coup de coeur.
A essayer absolument...même sans vélo...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire