6 mai 2013

100.000 - Strasbourg Cycle Archic

L'air de rien, on a passé les 100.000 pages consultées sur Strasbourg Cycle Chic !! 
Un immense merci à toutes et tous qui nous suivez, à Strasbourg ou ailleurs !

On continue plus que jamais à croire dans l'utilité de ce blog : démontrer, par l'image, qu'une pratique quotidienne du vélo sans compromis sur le style et l'élégance est possible. Prêcher des convaincus oui, mais surtout inciter les autres à s'y mettre, les amener à reconsidérer leur vision du vélo, pour qu'ils l'intégrent dans leur quotidien, demain dans leur façon de vivre. Car c'est tout un art de vivre...

On l'a dit, nous ne sommes pas photographes professionnels. Pour autant, le projet se veut aussi un minimum artistique. Greg et moi avons à coeur de faire des photos qui mettent en valeur le sujet, voire son environnement. Nous tâchons d'être sélectifs, même si nous faisons ce que l'on peut avec ce que l'on a... Nous essayons, sinon de nous améliorer, du moins de conserver un standard de qualité. Ce qui reste bien entendu très subjectif. Du reste, Greg et moi n'avons pas la même "pâte", enfin pas le même oeil. C'est ce qui enrichit aussi ce blog. Avis aux amateurs si certains veulent nous rejoindre... 

Pour ce passage des "100.000", on s'est dit qu'il pourrait être intéressant que chacun de nous sélectionne trois photos en expliquant leur histoire, ou pourquoi elles ont retenu notre attention et pourquoi nous avons eu l'envie de les diffuser. Toute la semaine jusqu'à samedi, à tour de rôle, nous diffuserons donc chacun 3 photos : des photos déjà diffusées sur le blog en ce qui me concerne, des inédites pour Greg. Et qui seront donc complétées par un petit commentaire.

Je commence aujourd'hui avec une photo mettant en avant un élément architectural.


Prendre des photos de cyclistes dans la rue n'est pas simple, pour plein de raisons. Entre autres à cause du mouvement à maitriser, le flou étant un ennemi récurrent, même en rafale.

Mais selon moi, la principale difficulté réside dans la difficulté à prendre du champs, du recul.
Faire rentrer harmonieusement l'environnement du cycliste dans le cadre est plutôt compliqué. Il y a souvent de la "pollution" visuelle : des voitures, des piétons, des vitrines, du mobilier urbain, divers éléments qui font que votre photo s'en trouve "brouillée". Et puis, à trop ouvrir le champ, le sujet cycliste devient petit, parfois si petit qu'on ne le voit quasiment plus. La solution plus simple, mais pas nécessairement moins évidente techniquement : serrer le sujet au plus près, avec une profondeur de champs réduite. Mais dans une ville magnifique comme Strasbourg, quel dommage !

C'est particulièrement vrai dès l'instant que vous voulez faire apparaître un élément architectural, voire un bâtiment complet. Or il se trouve que je suis personnellement très sensible à l'architecture. Même un détail : une fenêtre, une porte, un mur... D'où une grosse frustration pour moi à essayer de "shooter" des cyclistes tout en mettant en avant l'architecture strasbourgeoise. J'ai beau essayer, le résultat est souvent pitoyable.

Cette photo y parvient à peu près. On aime ou pas ce bâtiment de l'ENA, mais d'un point de vue cadrage, ça passe. Il y a aussi celle-ci, de l'entrepôt Seegmuller dans la même logique :
http://www.strasbourgcyclechic.com/2013/02/entrepot-seegmuller.html 

A suivre demain avec Greg, et jusqu'à samedi donc.
N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, de vos éventuels conseils même.
Et encore une fois, si l'envie vous prend d'essayer, envoyez-nous vos clichés !

1 commentaire:

  1. J'aime cette photo qui dégage une certaine tension. Méfiance dans le regard, visage fermé, le noir des vêtements rappelle les fenêtres (d'aération ?) grillagées qui sont comme des puits sans fonds... Les deux caméras dans l'alignement qui vous scrutent dans tous les sens et par tous les angles... Architecture cubique oppressante en contre-plongée, nuances de gris, herbes géantes qui ne rassurent pas. Heureusement, le reflet des nuages (?) sur la façade vitrée ouvre sur le ciel, ouf, on respire !

    RépondreSupprimer